CYCLE (peinture)


CYCLE (peinture)
CYCLE (peinture)

CYCLE, peinture

On entend par cycle de peinture une grande composition narrative se divisant en épisodes et exigeant une grande surface de développement. Techniques et supports les plus généralement employés sont la fresque et la peinture à l’huile sur tableaux. Impliquant une lecture en continuum, le cycle aborde deux thèmes principaux: religieux tout d’abord, puis profane. C’est en Italie que naquirent les grands cycles, trouvant un support privilégié sur la voûte ou les parois de l’église; puis dans l’architecture domestique, dans les stanze et les salone . Le précurseur et grand initiateur fut Giotto qui le premier établit l’unité de composition entre l’épisode et l’ensemble lui-même en introduisant l’intensité dramatique: fresques de la chapelle Scrovegni à Santa Maria Annunziata dell’Arena à Padoue; et les deux autres cycles de Santa Croce de Florence: chapelles Bardi et Peruzzi. En tant que peinture d’histoire sacrée, le cycle implique généralement, et surtout à la Renaissance, deux niveaux de lecture: celui du thème organisateur (Ancien Testament, légendes hagiographiques) et un niveau symbolique relevant de l’interprétation allégorique, philosophique ou théologique. Ainsi, le cycle mural de Piero della Francesca consacré à l’histoire légendaire de la Vraie Croix se déroule sur les parois du chœur de l’église San Francesco à Arezzo. Ce cycle conte les avatars de la croix du Christ tels que les exposa l’évêque de Gênes, Jacopo da Varazze. Légende exégétique rendue d’autant plus lisible que Della Francesca porte principalement l’accent sur la représentation d’événements et de personnages arrachés à l’écoulement du temps. Or à cette légende se superpose l’interprétation philosophique des étapes de l’humanité: chaque épisode constituerait une des phases traversées par le genre humain, de la simplicité patriarcale à la vie citadine. Le cas de Michel-Ange à la Sixtine offre également cette double lecture: sur un plan technique, il substitue à la subdivision géométrique du Quattrocento un ensemble complexe fondé sur une voûte où décoration architecturale et figure humaine ont la même valeur plastique; le thème général est la Bible (Genèse) mais il existe une interprétation métaphorique du texte sacré qui reconnaît dans le cycle pictural les phases essentielles de la vie spirituelle de l’humanité: corps sans esprits, esprits et corps, esprits sans corps; vie primitive (dans les triangles), vie familiale (lunettes) et vie individuelle et spirituelle (prophètes et sybilles).

Le cycle de la galerie Médicis peint par Rubens est plus particulier. Tout d’abord, dans la mesure où l’architecture de la galerie offre peu de possibilités de décorations au plafond, elle cantonne la peinture sur le mur, ou plus exactement sur les trumeaux de la galerie. Le sujet ensuite est insolite, profane: la vie et l’éloge de Marie de Médicis par elle-même, attestation de sa propre puissance de son vivant. Jamais peinture et politique ne furent si intimement mêlées. Enfin, le langage de ce cycle est surprenant par le constant renvoi des compositions allégoriques aux scènes historiques, par le mélange de divinités et de personnages contemporains.

Enfin, la notion de cycle peut s’appliquer à une forme particulière de peinture japonaise: les emaki . Ce sont des rouleaux peints constitués par une suite de larges feuilles de papier collées bout à bout pour former une longue bande longitudinale. Il s’agit là aussi d’une narration picturale qui comprend quatre genres: le monogatari ou illustration d’un récit romanesque (Gengi-monogatari ), le nikki-emaki , illustration des journaux intimes des dames de la cour; l’e-den , biographie illustrée des religieux fondateurs de sectes ou de culte; l’enji-emaki , qui illustre la chronique d’un temple. Ce style narratif consiste en un lent déroulement de l’image dont le rythme s’intensifie aux moments les plus dramatiques. Les emaki obéissent au principe de la peinture continue, c’est-à-dire du double mouvement qui embrasse et confond en une même suite tout le panorama d’une époque historique, d’un récit légendaire. La seule modalité qui diffère du cycle occidental, c’est le regard extérieur du lecteur qui déroule devant lui les images. Pour assurer ce double mouvement (qui porte l’œil de droite à gauche et l’entraîne selon le rythme et la densité du récit), le peintre utilise ici une structure de composition ternaire reposant sur trois axes: horizontal, vertical, longitudinal; ces trois axes et leurs parallèles fonctionnant à la fois comme armature fondamentale et comme pivot pour faire tourner les plans.

Ainsi, si la notion de cycle diffère profondément selon les civilisations au niveau de l’organisation technique, elle offre des analogies intéressantes au niveau du genre (narratif et allégorique) et du mode de lecture, qui se déploie dans les deux dimensions de l’espace et du temps.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cycle De Francis Sandow — Le Cycle de Francis Sandow est un cycle de deux romans écrits par Roger Zelazny, soit L île des morts (Isle of the dead) et Le sérum de la déesse bleue (To die in Italbar). Il inclut également une nouvelle, Lumière Lugubre (Dismal light), écrite… …   Wikipédia en Français

  • Cycle de francis sandow — Le Cycle de Francis Sandow est un cycle de deux romans écrits par Roger Zelazny, soit L île des morts (Isle of the dead) et Le sérum de la déesse bleue (To die in Italbar). Il inclut également une nouvelle, Lumière Lugubre (Dismal light), écrite… …   Wikipédia en Français

  • Peinture sur verre inversé — La peinture sur verre inversé (ou peinture sous verre) est une technique artistique difficile qui s exécute directement sur une feuille de verre. Le verre supporte la peinture comme le ferait une toile. Soudée au verre, c est à travers ce support …   Wikipédia en Français

  • Peinture sous verre du Sénégal — La peinture sous verre (suweer ou souwèr en wolof) est une technique artistique particulièrement populaire au Sénégal, même si on la trouve aussi dans quelques autres pays d Afrique. Sommaire 1 Histoire 2 Technique 3 Thématique …   Wikipédia en Français

  • Peinture française au XVIIe siècle — La Peinture française au XVIIe siècle est marquée par l influence du Grand Siècle, période florissante pour toutes les branches de la culture en France (Littérature française du XVIIe siècle…), dont la peinture. Depuis le début de la Renaissance …   Wikipédia en Français

  • Peinture de bataille — La Bataille de San Romano : La contre attaque de Micheletto da Cotignola (1455), Musée du Louvre, Paris …   Wikipédia en Français

  • Peinture grecque — Céramique grecque antique Apollon et Artémis, tondo d une coupe attique à figures rouges de Brygos (potier) et du Peintre de Briséis, v. 470 av. J. C., musée du Louvre Né au Proche Orient, l art de la céramique atteint en …   Wikipédia en Français

  • Cycle de fresque de Botticelli à la Villa Tornabuoni Lemmi di Careggi — Vénus et les Grâces offrant des présents à une jeune fille, fresque de la villa Lemmi, à Florence aujourd hui au musée du Louvre …   Wikipédia en Français

  • Cycle de Francis Sandow — Le Cycle de Francis Sandow est un cycle de deux romans écrits par Roger Zelazny, soit L Île des morts (Isle of the dead) et Le Sérum de la déesse bleue (To die in Italbar). Il inclut également une nouvelle, Lumière Lugubre (Dismal light), écrite… …   Wikipédia en Français

  • Peinture et vernis Polyuréthanne — Polyuréthane Un polyuréthane (ou polyuréthanne) est un polymère d uréthane, une molécule organique. On appelle uréthane, ou plus couramment carbamate , tout composé produit par la réaction d un isocyanate et d un alcool conformément à la réaction …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.